Lettre aux acteurs de la famille échiquéenne algérienne

Chers (es) amis (es)

J’observe tout comme vous,  la situation des Echecs dans notre pays, je suis tout comme vous, les performances, les acquis et l’évolution de chaque acteur de notre famille. Je suis content tout comme vous de chaque pas que nous faisons en avant, je suis frustré autant que vous de chaque échec que nous consommons.

Pour certains, la situation de notre discipline favorite est reluisante. Pour d’autres par contre, nos acquis sont loin de répondre à nos aspirations.une chose est sure, beaucoup de choses sont à faire. Certains parient que des choses sont même au stade « d’à refaire ».

Les chantiers sont immenses, les défis sont importants, et énormément de travail attend la famille échiquéenne en général, et le prochain bureau fédéral en particulier.

C’est dans cette perspective que je vous annonce ma candidature à l’élection des membres du bureau fédéral de la Fédération Algérienne Des Echecs.

 

 

Jugurtha ABBOU, Président de ligue

des Echecs de Tizi ouzou

 

 Je compte participer à la construction d’un édifice meilleur, je compte apporter ma touche à l’amélioration du niveau de notre sport, je souhaite contribuer à l’essor des Echecs de par ma petite expérience.

-          J’ai été joueur d’Echecs, je partage les souhaits de mes amis, tout comme je partage leurs innombrables aspirations.

-          J’ai été entraineur d’Echecs, j’ai toujours revendiqué le statut d’entraineur d’Echecs. J’en ferai mon cheval de bataille au cas où la confiance de l’urne me sera offerte.

-          J’ai été arbitre d’Echecs, la corporation traverse une zone de turbulences, seule l’union des forces positives pourra la mener à même de bien aborder la piste d’atterrissage.

-          J’ai été dirigeant de club, trésorier puis DTS. Je ne peux que confirmer le désarroi dans lequel  vaguent pas mal de nos clubs en quête de reconnaissance tant de la part des autorités locales que de la fédération elle-même.

-          J’ai été dirigeant de ligue, membre de bureau puis président. Je milite depuis toujours pour un véritable soutien à ces structures intermédiaires.

Aux sollicitations de nombreux camarades, aux débats sur les réseaux sociaux, aux discussions entre échéphiles, je dis qu’il ne suffit pas de contempler, de constater ou de se larmoyer. Il est temps que chacun de nous décide de jouer le bon coup, sinon le meilleur coup de la position…la pendule est en marche.


Ajouté le 26/01/2013 par Jugurtha ABBOU -